close-icon

S'inventer des mondes

S'inventer des mondes

La seule issue possible

Mes recherches vidéographiques s’articulent autour du potentiel esthétique de la science et l’incursion parmi les territoires de l’imaginaire. En créant des paysages fictifs qui oscillent entre la représentation de la genèse de l’Univers et sa fin apocalyptique, je cherche à transporter le spectateur dans un monde surréel.

Je réalise de la vidéo povera en m’inspirant de publications d’introduction à la chimie qui s’adresse aux jeunes enfants, pour concocter une série d’expériences performatives, où la transmutation de la matière et la confrontation des forces cosmiques sont étudiées, documentées et mise en scène à la façon d’une pièce de théâtre. J’enregistre de courtes séquences vidéographiques à la recherche d’une parcelle de magie qui serait à même de surgir au sein de la simplicité des choses.

Je souhaite avant tout que le spectateur puisse se projeter dans ces univers intrigants ; que se crée une métafiction où la perception de chacun balance entre ce qui est réellement donné à voir et ses propres chimères. Qu’il en découle un questionnement sur notre rapport à la planète et la précarité de la vie terrestre ; la fragilité pressentie comme l’essence de nos existences…


The Only Possible Escape

My videographic research revolved around the aesthetic potential of science and the incursion among the territories of the imaginary. By creating fictitious landscapes that oscillate between the representation of the genesis of the Universe and its apocalyptic end; I seek to transport the viewer into a surreal world.

I realize video povera inspired by young children’s introductory chemistry publications, to concoct a series of performative experiments; where I staged, in the manner of a play, the transmutation of matter and the confrontation of cosmic forces in order to better study, relativize and document them. I record short sound and video sequences in search of a hint of magic that would arise in the simplicity of things.

I want the viewer to project himself into these intriguing universes; creating a meta-fiction in which the perception of each one oscilate between what is really given to see and its own utopias. Leading to question our relation to the planet and the precariousness of terrestrial life; the fragility foreseen as the essence of our existences.